Humiliation du comité de sélection

Lancelot humiliation 2

Lancelot du Lac :
Lancelot dans la charrette d’infamie
Roman du XIIIe siècle
Manuscrit copié à Paris au début du XVe siècle
BnF, Manuscrits, Français 119 fol. 312v
© Bibliothèque nationale de France
Source : http://expositions.bnf.fr/arthur/grand/fr_119_312v.htm

 

« Il est impardonnable d’humilier ». C’est un des points qu’a soulignés il y a quelques jours Michel Zink, spécialiste de littéraire française du Moyen Âge et membre de l’Institut de France (Académie des inscriptions et belles-lettres), dans l’émission radiophonique Le Grand Témoin de Radio Notre-Dame (1). Et pourtant… L’université elle-même, dont l’orateur est un éminent représentant, est coutumière du fait, notamment dans son processus de recrutement des maîtres de conférences et au cours des auditions qui en constituent le point d’orgue.

Avant même l’entrée dans la salle d’ailleurs : certains membres du comité de sélection ne se cachent même pas de bien connaître certains candidats en allant leur faire la bise puis en passant devant les autres sans les saluer (2) ; un peu plus tard, « la moitié de la commission dort ou fait autre chose, l’autre moitié lève les yeux au ciel tous les deux mots » (3), et, quand elle pose enfin des questions, elles sont inappropriées, du type « Vous voulez avoir des enfants ? » « Vous allez vous marier, votre époux est-il prêt à vous suivre ? » (4). Pour finir, le président du comité de sélection classe première son ancienne doctorante (5).

Et c’est ainsi que, chaque année, des dizaines et des dizaines de candidats sortent de leur audition avec un fort sentiment d’humiliation.

Où sont l’éthique et l’honnêteté dans lesquelles se drapent ces mêmes membres des jurys lorsqu’ils parlent de la déesse Recherche ? Car il y a là un paradoxe : tous s’accordent sur le fait que la recherche doit s’appuyer sur la rigueur et l’honnêteté. Pourtant, dans les faits, les comités de sélection semblent constituer un univers parallèle où tout est permis, notamment d’humilier les candidats par des attitudes ou des questions déplacées, et cela en toute impudeur. La question se pose donc : pourquoi des personnes capables d’une telle attitude dans cette situation se comporteraient-elles différemment dans la conduite de leurs travaux ? Peut-on en effet être parfaitement honnête dans une situation et tout se permettre dans une autre ?

Mais l’« humiliation du comité de sélection », ce n’est pas qu’un génitif subjectif, à savoir l’humiliation générée par le comité de sélection ; c’est aussi un génitif objectif : l’humiliation que devrait éprouver ses membres. Car oui, les enseignants-chercheurs qui se livrent à de telles pratiques devraient en avoir honte.

Ce ne semble cependant pas être le cas. La raison en est sans doute qu’ils ne considèrent pas les candidats qu’ils ont en face d’eux comme des égaux. A-t-on honte d’éructer et d’émettre des gaz devant un chat ?

Ce sont pourtant bien de jeunes chercheurs que ces personnes ont en face d’elles, peut-être même des collègues qui les rejoindront quelques années plus tard. Quelle image ces derniers auront-ils alors gardée de ceux qui les auront ainsi humiliés ? De toute évidence, cette question ne trouble pas les jurys. C’est bien dommage : contrairement aux chats, les candidats ainsi maltraités sont doués de parole. Et quand ils rentrent dans leurs universités respectives de France et de Navarre, ils ne manquent pas de diffuser à la fois les noms et l’attitude de ceux qui ont pris part à ces simulacres de concours, parfois en termes peu amènes.

La plus grande humiliation et la plus grande honte ne sont finalement peut-être pas forcément là où on pouvait le penser à première vue.

 

(1) « L’humiliation : une notion à géométrie variable » ; l’émission peut être réécoutée et téléchargée à cette adresse : https://radionotredame.net/2017/societe/lhumiliation-une-notion-a-geometrie-variable-107904/.

(2) https://rachelgliese.wordpress.com/2011/06/14/un-tout-petit-monde-%E2%80%A6-de-brutes/.

(3) Ibidem.

(4) http://www.collectif-papera.org/spip.php?article1473.

(5) https://academia.hypotheses.org/1199.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s